« COUVREZ CE SEIN QUE JE NE SAURAIS VOIR… »

Couvrez ce sein que je ne saurais voir :
Par de pareils objets les âmes sont blessées,  
Et cela fait venir de coupables pensées.

Molière, Tartuffe, II, 3

Du latin sinus, sein signifie d’abord, au sens propre, une courbure, une sinuosité, sens dont il ne reste que quelques emplois techniques ; il désigne ensuite la partie du corps humain qui porte les mamelles, qui forme l’extérieur de la poitrine, et qui, étant bombée, a mérité d’être appelée sein ; il est alors synonyme de poitrine, comme dans les locutions suivantes : serrer quelqu’un sur (ou contre) son sein, réchauffer un serpent dans son sein.
Dans un sens analogue et figuré, sein s’emploie dans la langue théologique : l’expression biblique le sein d’Abraham désigne le paradis et le sein de l’Eglise, la communion des fidèles de l’Eglise romaine.
Par antonomase, sein se dit de mamelle, comme dans l’alexandrin du Tartuffe cité en épigraphe 1Et non en °exergue, comme on dit par abus de langage ! — Cf., dans le menu intitulé Fautes de français de notre site, le sous-menu intitulé le purisme, ainsi que la notice « Pour le puriste : exergue, mettre en exergue », figurant au terme de notre article intitulé « Un exemple de pataquès du XXe siècle, admis de guerre lasse ». et dans l’expression donner le sein à un nourrisson. Désignant ensuite le siège de la conception, l’endroit où les femmes portent l’enfant, le terme est synonyme d’utérus.
A partir du sens figuré du sein de la terre, sein, qui marque la partie intérieure ou intime au sens étymologique du mot, désigne ce qui cache, recèle, enferme ; au sein de, dans le sein de, signifient donc au plus profond :

  Les morts dorment en paix dans le sein de la terre ;
Ainsi doivent dormir nos sentiments éteints.

                                                                                             A. de Musset, Nuit d’octobre                 

Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine. (A Chénier)        

       Dans ce distique de Boileau (Satire IV), au sein de veut dire au milieu de :

Un avare, idolâtre et fou de son argent
Rencontrant la disette au sein de l’abondance.

Ainsi la locution figurée s’emploie-t-elle pour désigner quelque chose se trouvant à l’intérieur d’un ensemble, géographique ou autre : au sein des mers, au sein de la France, au sein des beaux-arts, etc.

Mais une église seule à ses yeux immobile
Garde au sein du tumulte une assiette tranquille 

                                                                                                       Boileau, Le Lutrin I. 2Les indications ci-dessus, ainsi que les citations littéraires sont empruntées au Dictionnaire de la langue française de Paul-Emile Littré, complétées et mises à jour par des éléments pris du Petit Robert..

Or ne voilà-t-il pas que l’amphigouri pompeux, fort en vogue de nos jours, où le prétentieux le dispute souvent au grotesque, s’est emparé de la locution au sein de, réservée en bonne langue à l’expression de l’intériorité dans un vaste ensemble, pour la substituer, sans raison aucune à la préposition dans, dont les emplois sont déjà battus en brèche par la préposition en, par fausse élégance… 
L’exemple suivant, qui confine au ridicule accompli, n’atteste que mieux ce dernier avatar du faux bon style, tant en faveur de nos jours :  
Dans un article relatant une manifestation de cyclisme, le / la journaliste écrit sans sourciller : 
« 1800 réparations sont effectuées (faites est sans doute trop banal !…) en moyenne chaque année par les mécaniciens (…) Il s’agit la plupart du temps de changer une chambre à air ou des freins défectueux. (…) Par ailleurs, 30000 pneus de vélos sont regonflés chaque année au sein des garages <du sponsor>. Pire on ne fait pas….

Les exemples de cette fausse élégance étant innombrables, nous laissons le soin au lecteur de les repérer dans la presse quotidienne ou tout autre écrit largement diffusé…

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit + quinze =

You May Also Like